L’incroyable machine verte

Science & technology

Les scientifiques de Synthetic Genomics, Inc. (SGI) et d’ExxonMobil ont développé une souche d’algue capable de convertir du carbone en une quantité record de corps gras, riches en énergie et qui peuvent ensuite être transformés en biodiesel.

Le fait que les algues utilisent du CO₂ pour générer des corps gras n’est pas nouveau, c’est la quantité de gras produite par les algues qui est remarquable. Les algues grasses rendent la souche plus apte à produire potentiellement des biocarburants à l’échelle industrielle.

Arriver à développer du biodiesel à base d’algues à l’échelle industrielle apporterait de réels avantages. Ce combustible émet moins de gaz à effet de serre que la plupart des sources d’énergie conventionnelles, ce qui aidera à renforcer notre transition vers des ressources énergétiques à faibles émissions. En outre, contrairement aux autres sources de biocarburants comme le maïs, la production d’algues à l’échelle industrielle n’a pas d’impact sur les cultures et la production d’aliments.

Augmenter la quantité de gras produit par les algues ne se fait pas facilement. SGI et ExxonMobil ont commencé leur collaboration sur le sujet en 2009. SGI est depuis longtemps un leader dans l’utilisation de la biologie synthétique et de la génomique pour créer des systèmes qui aident à résoudre les défis mondiaux liés au développement durable. Ses recherches ont eu des effets remarquables dans des domaines tels que les produits pharmaceutiques, les vaccins et les compléments alimentaires. Avec ExxonMobil, ils s’attaquent à l’énergie durable à partir d’algues.

Pour augmenter la production de corps gras, les scientifiques de SGI ont travaillé avec leurs confrères d’ExxonMobil comme le font les nutritionnistes, réajustant la partie du génome de l’algue responsable de l’assimilation de l’azote, un nutriment essentiel. Le résultat obtenu est une algue ayant environ 40 pour cent de sa masse en corps gras. C’est plus du double de la teneur en matières grasses des algues classiques.

« Nous savions que les algues avaient le potentiel d’être plus productives que d’autres sources de biocarburants comme le maïs ou le soja et que, contrairement à ces dernières, elles ne demandent pas de terre cultivable ou d’eau douce, » explique Alessandro Faldi, scientifique chez ExxonMobil.

« C’était comme un ‘instant eureka’  quand nous avons réalisé ce que nous avions trouvé », a déclaré Rob Brown, directeur senior de SGI et responsable scientifique sur le projet algues. « Après avoir testé et reconfirmé les tests de cette découverte capitale, afin de nous assurer qu’il ne s’agissait pas d’une fausse alerte, une grande ferveur a rempli le laboratoire. »

« Si vous pouvez imaginer, les gens faisaient des courses de chariot dans les couloirs du laboratoire, cela reflète ce que l’on a ressenti après toutes ces années de recherche pour faire bouger le curseur de façon si importante ».

Faldi et Brown soulignent aussitôt que ce n’est qu’une première étape. Les défis en cours sont toujours là pour l’équipe. Pourtant, Faldi est inspiré par cette dernière découverte révolutionnaire. Il la considère comme un passage nécessaire et positif qui renforcera la collaboration fructueuse de SGI et ExxonMobil pour développer des biocarburants à base d’algues à une échelle industrielle.

” Cette étape est essentielle, mais il est important de garder notre objectif en tête”, a déclaré Faldi. ” Nous devrons accroître la capacité des algues à transformer l’énergie solaire en biomasse pour encore augmenter la production de gras et commencer à tester et mettre au point plus d’algues grandissant sous diverses conditions. Pour cela, il y a encore un long voyage devant nous. ”

Autrement dit, l’innovation est l’aboutissement d’une série de succès, et cette dernière avancée est une étape importante pour faire des biodiesels à base d’algues une réalité.

Tags:   alguesbiofuelinfographicscienceSGIvideo
You May Also Like

Explore More